Sénégal 2015

(7 juillet au 1er septembre)

Contexte

Outre mon stage d’initiation à la coopération internationale au Sénégal avec l’organisme Mer et Monde, en 2010, qui avait réveillé un intérêt certain pour la culture musicale des habitants de Koudiadiène, village sérère en banlieue de Thiès, un premier terrain fut mené en décembre-janvier 2014-15, dans le cadre de mes recherches de maîtrise, aux lieux mêmes de cette paroisse qui m’avait accueilli en 2010. Ce terrain de deux mois me permettait, cette fois-ci, de m’imprégner du quotidien des gens de la paroisse afin de comprendre comment ils vivent au jour le jour: coutumes, activités quotidiennes, travail aux champs, etc. Un terrain beaucoup plus poussé que le précédent, et où le travail d’observation a été poussé jusqu’aux limites du possible dans le temps qui m’était alloué!

Problématique

Alors que la tradition orale suppose l’absence d’un support écrit tant dans un contexte d’enseignement que lors de la performance, le cas étudié ici présente une énigme qu’est celle de l’existence de partitions dans une communauté dont les savoirs et savoirs-faire s’inscrivent pourtant dans la foulée d’une culture d’oralité musicale. De plus, lors de la mise en acte du répertoire, les membres de la chorale Saint-Dominique Salvio de Koudiadiène semblent ignorer totalement la notation du répertoire, i.e. que la réalisation chantée diverge de ce qui est précisé sur la partition. Le seul élément respecté est le texte, mais non les notes. Il importe alors de se demander quel rôle joue cette partition dans ce contexte de création spontanée : quel est le rôle, la place du chant choral « avec » partition? Cette dernière procure-t-elle un statut au choriste?

Observer l’ensemble choral en question mène également à réfléchir sur les modes de représentation de la collectivité dans la mise en acte du chant choral sénégalais tel que pratiqué chez les Sérères noon de cette paroisse : qu’est-ce qui constitue le cœur de cette pratique musicale, et que représentent les villageois dans leurs chants? Une idée, une histoire, une tradition? Ces questions amèneront enfin à réfléchir sur le statut de la performance et de la mise en acte dans la définition et l’esthétique du chant choral de cette communauté.

Méthodologie

C’est par l’intégration et la participation active au sein de la chorale, selon le concept de la bi-musicalité (Hood, 1960), qu’ont été observés les différents processus de production du répertoire, ainsi que la signification et le discours autour de celui-ci. Une série d’enregistrements (audios et vidéos) des manifestations musicales de la chorale Saint-Dominique Salvio a été effectuée lors des répétitions et des représentations publiques afin d’observer les différents processus de mise en acte et de production du répertoire et pour établir une comparaison entre les différentes représentations d’un même chant.

Des entrevues ont aussi été menées auprès des choristes et chef(s) de chœur afin de mieux comprendre le discours autour du répertoire et de la pratique elle-même, mais aussi auprès de la communauté à l’extérieur de l’ensemble afin de saisir la vision globale et la compréhension qu’ils en ont. Dans ce cas précis, il aura été nécessaire d’aborder plus en profondeur les différents symboles particuliers de cette ethnie sénégalaise, par exemple au sein des rites et rituels animistes et catholiques, dans la musique dite « traditionnelle », etc.

Cette recherche vise une compréhension émique du phénomène choral, tel que pratiqué à Koudiadiène, dans un contexte d’acculturation et de syncrétisme fondé sur des événements importants qui auront contribué à bâtir l’identité culturelle des Sérères noon (migrations, colonisation, esclavage, etc.), afin de déceler et de cerner ce qui est réellement représentatif de ces manifestations musicales différentes d’une même œuvre, mais tenues pour identiques. Une concentration des observations aura été portée sur l’improvisation spontanée et sur les modalités de mise en acte de la partition comme fondement de la performance afin de lever le voile sur le sens profond que donne la communauté sérère à cette pratique d’origine occidentale.

Une analyse a déjà été faite de la performance (voir terrain 20145-15) au sens pragmatique tel que proposé par Desroches (2008) afin d’en comprendre la stylistique, ainsi que de ladite pratique musicale dans son ensemble (règles, systèmes, représentations, etc.). Il deviendra alors pertinent de comprendre en quoi cette pratique chorale s’insère dans une culture fortement soutenue par la tradition orale, mais aussi de voir quels sont les effets de l’acculturation sur l’identité culturelle des Sérères noon. C’est pourquoi la présente recherche aura été conduite à l’aide des outils et approches scientifiques de l’ethnomusicologie, de la sociologie et de l’anthropologie, ainsi que de la musicologie historique (Burguière, 1986). Ces regards croisés s’avèrent nécessaires pour mettre en évidence la compréhension globale de la pratique, i.e. son sens musical certes, mais aussi, social et culturel, pour atteindre notamment ce qui se trouve en amont de la pratique du chant choral.

Contribution à l’avancement des connaissances

Au niveau du contexte d’insertion de cette pratique, le projet de recherche permettra de comprendre toute l’importance de la collectivité au sein de la pratique du chant choral au Sénégal, telle qu’observée à Koudiadiène. L’analyse permettra aussi de comprendre et de mettre en valeur une pratique musicale jusqu’alors peu étudiée de façon systématique. En effet, je n’ai pu trouver aucune recherche menée sur cette communauté au chapitre de leur musique et de leur pratique du chant choral.

Portant sur les modalités d’appropriation de la pratique chorale occidentale en milieu catholique chez les Sérères noon, il permettra aussi de voir pourquoi, et surtout comment les différents syncrétismes agissent sur les divers symbolismes sénégalais. Il sera alors possible de comprendre quelle place la collectivité occupe dans la mise en acte du répertoire choral, et comment l’improvisation spontanée en ensemble se construit. Enfin, ce projet permettra de mieux comprendre le sens autour de la pratique spécifique du chant choral et de cerner comment le processus d’acculturation agit sur l’identité culturelle des Sérères noon, mais aussi de cerner les affects en situation de performance de la chorale qui semblent détenir un rôle central pour les membres de la paroisse Saint Pierre Julien Eymard de Koudiadiène.

Encore, comme il m’est impossible de pouvoir tout vous présenter, voici mon expérience en quelques images pour vous faire vivre un peu mon terrain*…

*Tous droits réservés et toutes permissions accordées à l’auteur du présent site pour les images présentées.